Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 72 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Vous êtes ici :  Accueil
Bienvenue sur http://www.revues-litteraires.com
 Index alphabétique
des revues

 
A B C D E
F G H I J
K L M N
P Q R S T
U V W X Y
Z

 Bienvenue sur www.revues-litteraires.com site de bibliographie des revues littéraires francophones (et quelques autres) du XXe siècle à nos jours. Vaste entreprise qui entend donner le plus grand nombre d’informations bibliographiques (avec notamment pour chacune d’entre elles la liste des participants, des traducteurs, des illustrateurs). Nous ne saurions prétendre à l’exhaustivité mais l’accent sera mis sur une mise à jour régulière.  

Bienvenue sur votre site dédié aux revues littéraires du XXe siècle à nos jours.

« Je me souviens des Cahiers des Saisons, de 84, de Contemporains, du Mercure de France,
de la Table Ronde, des
Cahiers de la Pléiade, etc., etc., etc., … »

Georges Perec, Je me souviens, Hachette, « P.O.L. », 1978, [n° 396].


*      *
*

Les Quatre Vents (1945-1947)

Quatre-Vents-01.jpg
- Les Quatre Vents, n° 1, juin 1945 [108 p.]
Maurice Blanchard, Note du traducteur (p. 7-9),
William Shakespeare, Douze sonnets [I, II, XXII, XXV, XXVII, XXIX, LXV, LXXIII, XCIV, XCVII, CXIX, CXLVI] (p. 10-15),
Henri Michaux, Le livre des situations étranges (p. 16-20),
René Char, Congé au vent (p. 21-23),
André Frédérique, Ovation [Ovation / Cadeau / La dernière chasse] (p. 24-35),
Franz Kafka, Joséphine la cantatrice ou le peuple des souris (p. 36-53),
Federico Garcia Lorca, Yerma (extraits) (p. 54-61),
John Steinbeck, Johnny l’ours (p. 62-83),
Georges Hugnet, Chansons nettes [Les Reines / Les Rois] [Janvier 1945] (p. 84-87),
Gaston Bonheur, Chemin privé [Belvédère / Tombeau / Septembre / Sans issue] (p. 88-92),
Maast [Jean Paulhan], Plaisirs perdus [Plaisirs perdus / Le berger d’Écosse / Faits-divers] (p. 93-96),
Alfred Jarry, L’objet aimé. Le premier suicide de M. Vieuxbois (p. 97-104).
Trad. : Maurice Blanchard (W. Shakespeare), Alexandre Vialatte (F. Kafka), Marcelle Auclair et Paul Lorenz (F. Garcia Lorca), Sonia Mille (J. Steinbeck).
Note(s) : Note(s) : « Il a été tiré de cet ouvrage sur papier pur fil Johannot 25 exemplaires numérotés de 1 à 25 et 10 exemplaires hors commerce numérotés de I à X ». « Achevé d’imprimer le 12 juin 1945 sur les Presses de l’Imprimerie Studium à Paris, C.O.L. N° 31.1106. Dépôt légal 1945, 2e trimestre. N° d’édition 7, autorisation N° 1404. »

« M’étant trouvé, au printemps de l’année 39, devant un puits très noir duquel avait disparu un livre que j’avais eu la faiblesse d’aimer, je m’offris ce divertissement de traduire les Sonnets. J’espérais aussi en tirer de très grands profits poétiques. J’ai failli m’y dissoudre car je m’y très mal. Les subtilités grammaticales, sémantiques et autres ne m’embarrassèrent point et pour cause. Je prenais un Sonnet et, sans penser en langage français, je le relisais et le relisais, jusqu’à la fatigue, jusqu’à l’inhibition. Puis je m’efforçais de tout oublier pendant quelques jours et le nouveau poème apparaissait brusquement dans sa forme définitive. Je traduisais ainsi un Sonnet par semaine.
   Le mot : traduction ne convient pas, identification serait plus exact. Aussi, beaucoup de ces identifications me parurent mauvaises. Comme pour la naissance des êtres, le hasard avait joué, et peut-être aussi la santé des parents, Sonnets compris.
   Je publie aujourd’hui les douze sonnets que je n’ai point tués. » M.B. (p. 8-9).

Sonnet LXXIII
   Tu vois en moi cette saison où des feuilles, et rares, et jaunies, pendent à ces branches qui s’agitent contre le froid, chœur nu et ruiné où naguère les oiseaux chantaient.
   Tu vois en moi le crépuscule d’un jour où le soleil couchant s’est effacé dans l’Ouest, soleil que pas à pas l’atroce nuit emporte, image de la mort posant son sceau sur le dernier repos.
   Tu vois en moi l’embrasement d’un feu étendu sur les cendres de sa jeunesse comme le lit de mort où il faut qu’il expire, consumé par cela même dont il s’était nourri.
   Tu vois cela qui fait ton amour plus fort pour aimer ce qu’il te faut quitter avant peu. (p. 13)
 

*
*      *

   Bienvenue sur www.revues-litteraires.com site de bibliographie des revues littéraires francophones (et quelques autres) du XXe siècle à nos jours. Vaste entreprise qui entend donner le plus grand nombre d’informations bibliographiques (avec notamment pour chacune d’entre elles la liste des participants, des traducteurs, des illustrateurs). Nous ne saurions prétendre à l’exhaustivité mais l’accent sera mis sur une mise à jour régulière.

L’importance des revues littéraires n’est plus à démontrer, tant dans l’approfondissement de l’étude d’un auteur, des courants littéraires, de l’histoire littéraire tout court. Littéraire s’entendra au sens large c’est-à-dire intégrant aussi bien des revues de création que d’études littéraires ou encore des revues non spécifiquement littéraires mais où de nombreux auteurs remarquables ont collaborés.

Un ensemble de 8 annexes que nous vous laissons découvrir est à votre disposition pour ouvrir le champ des recherches (aux hebdomadaires, quotidiens, cahiers d’amis) ou appréhender par d’autres biais notre corpus principal de revues (par éditeurs, chronologiquement ou géographiquement par exemple).

Vous pouvez ouvrir un Compte (encadré Préférences), si vous vous le souhaitez, pour pouvoir nous faire part d’éventuelles erreurs inévitables et compléments d’informations que nous ne manquerons pas de répercuter directement sur le site ou de faire apparaître après modération. N’hésitez pas à nous contacter directement pour des compléments d’informations.

De plus, nous désirons proposer régulièrement à nos visiteurs, dans le cadre de notre Agenda, l’annonce de parution de nouvelles revues ou déjà existantes, d’ouvrages ou d’articles relatifs à l’histoire ou à l’actualité de revues.

Vous pouvez opérer également une Recherche sur l’ensemble du site dans le cadre pourvu à cet effet.

Au fur et à mesure de l’enrichissement de ces pages, quelques amateurs de littérature s’apercevront peut-être, de l’intérêt d’une telle machine à « bibliographier ». Nous ne saurions le dire.


 

***

« [...] chose non objet  —  indéfinie dans le temps où je ne l'ai
pas sous les yeux, et qui lorsqu'il s'envisage,
se produit dans le dépouillement
[...]
»
André du Bouchet, « Totalité de la tête
» [dernier inédit], L'Étrangère, n° 14-15, 2007, p. 9

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Recherche
Recherche

Copyright 2010-2017 - http://www.revues-litteraires.com
|
|
|